Hier j'ai vu ma famille d'accueil.

Bon okay en soit rien de choquant, c'est un activité que je pratique de manière assez régulière.

Hé oui mais ce coup ci, y'avait un goût un peu différent. Ce coup ci c'était la dernière fois d'ici un bon moment.

M'enfin c'était quand même top. Comme d'hab', un festin sur la table. Shino me rappelle tellement pleins de gens que je me dis que l'influence vient de moi : je dois avoir une tête à manger une demi-tonne par jour, et encore quand je suis malade. Après m'être rassasié pour l'équivalent de trois hibernations d'ours pyrénéen je me vois confronté à une regard façon "Chat Poté de Shrek" et cette phrase d'un grand classique : "Mais tu n'en veux pas plus? Tu es sûr d'avoir assez mangé?... " Damned je ne résiste pas et, au risque de faire éclater ma petite panse je reprends un rouleau de printemps 春巻き. Au pire il faudra bien que je teste le système médical japonais un jour.

A peine fini ce repas gargantuesque on passe à suite : Hanabi 花火 ! Cela signifie tout simplement les fleurs 花 de feux 火. Vous aurez saisi l'affaire. Sauf qu'ici ces feux d'artifices se tiennent à la main et ne sont pas sans rappeler les fumigènes que l'on voit régulièrement dans les stades. "Chui un hooligan!!!"

On s'échange des petits cadeaux. Ils sont trop choux, ils ont un cadeau pour presque chaque membre de ma famille. Bon okay, pour mes parents et puisque je ne parle que d'eux, pour Nanou et Nono. M'enfin là c'est regard un peu angoissé... Pour Hanaé (je n'ai pas résisté à la tentation de leur donner le nom à la Japonaise avec un H... damned), on a bien quelque chose, mais on sais pas trop... Hein hein? C'est que en fait, tu n'as peu être pas trop de place dans tes valises, tu as déjà beaucoup d'Omiage - souvenir rapporté d'un voyage en japonais -, ça sera peut être un peu limite... On a une grosse peluche de Kiti キディ! - façon japonaise de dire Hello Kitty. ET la papouf!!! Mathieu si tu lis ce texte à l'occas', vend donc ta maison toute neuve, il faudra investir dans du plus grand manifestement. Je pense à louer un jet privé pour rentrer, ou un ferry, au choix...

D'ailleurs j'ai dû révéler que je suis un très mauvais Ojisan おじさん -oncle - parce que j'ai pas été capable de me rappeler de l'anniversaire de mini Nono... Et merdoum. Ayayou!

Arrive l'heure de rentrer. On se serre la main, ce qui est déjà vachement proche pour un Japonais. J'hésite à les initier à la bise... M'enfin la dernière fois que je l'ai fait j'ai failli tuer une amie à grand coup de crise cardiaque, alors qu'elle était prévenue et consentente - ça fait vachement violeur tout d'un coup... .
 Du coup j'ai préféré m'abstenir.

J'ai donc encore passé une bonne soirée, pour sûr, mais un peu de tristesse aussi. C'est sûr qu'une fois posé chez moi je me suis forcément retrouvé confronté à une triste réalité. Le temps passe, et il va vite le coquiinou. Comme diraient les japonais "Kôinya no gotoshi" 光陰矢の如し - "les jours passent comme la flèche".